La Gastronomie congolaise

« On ne dose ni ne pèse les aliments, les durées de cuisson dépendent du goût de la cuisinière… »

Au Congo, la cuisine ne se couche pas sur le papier. Elle se transmet de mère en fille. Oralement. Une cuisine avant tout humaine, que chacun se rapproprie, redécouvre et réinvente au gré de ses aspirations. La cuisinière devient artiste, et sa préparation devient le produit unique, d’un tempérament unique.
 » La cuisine congolaise, après une nécessité vitale, est avant tout un art majeur de séduction : […] mitonner de bons plats avec des recettes inventives et multiples afin d’appâter et de retenir l’être convoité.  » (« Savoureux Congo »de Marie-José Engulu)

Longtemps ignorée ou négligée, la cuisine congolaise commence à conquérir ses lettres de noblesse. Elle est en effet savoureuse, copieuse et chaleureuse si on prend si on prend le soin d’aller à sa découverte et de goûter des choses plus inédites. Bien qu’elle semble peu variée de prime abord, elle recèle pourtant d’une diversité de procédés et recettes selon la région et suivant les secrets de grand-mères propres à la cuisinière. De plus, le dosage des ingrédients s’effectuant selon l’appréciation de la patronne aux fourneaux, (…), le plat pourra être plus ou moins épicé, carné, saucé,…(« Petit Futé-République Démocratique du Congo »). 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s